Titrisation de Créances Commerciales

La titrisation est une technique financière qui consiste à obtenir un financement en cédant des actifs à une entité ad hoc. Celle-ci finance l’acquisition des actifs par l’émission de titres sur les marchés de capitaux.

Le paiement des sommes (principal et intérêts) dues sur ces titres est assuré au moyen des flux de trésorerie générés par les actifs cédés.

En théorie, n’importe quel actif qui génère des flux de trésorerie peut faire l’objet d’une titrisation : un immeuble génère des loyers, une créance commerciale un règlement, des stocks une vente... jusqu’aux créances futures qui offrent la garantie, à terme, d’un flux de trésorerie.

La titrisation de créances s’apparente, dans une large mesure, aux différents procédés de mobilisation de créances (escompte, cession Dailly, affacturage...) à la différence que le financement résulte d’une émission de titres sur le marché des capitaux.

La titrisation peut avoir une double vocation, le Financement et le Transfert de risques, c’est-à-dire :

  • Lever des ressources, des financements garantis et adossés aux portefeuilles de prêts des banques, créant ainsi une nouvelle source de liquidité;
  • Lever des fonds pour les entreprises en les adossant aux créances commerciales qu’elles génèrent par leurs ventes.
  •  Alléger les bilans lorsque les créances cédées ne sont pas reconsolidées.
  • Transférer le risque de portefeuilles spécifiques à de nouveaux investisseurs, réduisant le montant de capital réglementaire nécessaire et permettant son redéploiement vers de nouveaux prêts.

 

Intérêts de la technique pour les entreprises industrielles et commerciales

Les entreprises, grâce à la titrisation, peuvent financer leur besoin en fonds de roulement (BFR) à moindre coûts, permettant d’obtenir de meilleures conditions de financement à travers l’accès au marché de capitaux.

Par ailleurs, la titrisation présente l’avantage d’aménager l’actif tout en permettant de gérer le bas de bilan en allégeant le poste des créances clients.

La titrisation est ainsi un mécanisme financier pouvant avoir pour objectif comptable, entre autres, de réduire le BFR.

Les entreprises trouvent dans la titrisation de créances commerciales une solution permettant d’obtenir :

un financement alternatif au financement bancaire

un financement compétitif

un montant financé pouvant être très significatif

une opération pouvant être structurée afin de permettre la déconsolidation des créances cédées

une opération unique de financement de BFR pouvant porter sur :

  • l’ensemble de leurs filiales et débiteurs localisés dans de nombreuses juridictions,
  • tous types de débiteurs,
  • des créances en attente de facturation (permettant de financer une grande partie de la chaîne de production)

un financement sécurisé consommant de manière limitée les enveloppes de risque de la banque, et ne réduisant pas les capacités de la banque de prêter en ligne bancaire classique

une gestion de poste clients de l’entreprise cédante inchangée

un outil d’intégration rapide des nouvelles filiales de l’entreprise cédante dans un process centralisé de gestion du poste client

des durées d’engagement du financeur pouvant aller jusqu’à 5 ans

un outil de centralisation et de suivi de leur poste clients permettant in fine une amélioration de la gestion du poste clients.

La titrisation, après avoir été un poison, est en passe de devenir l'antidote au financement des PME,parce que de meilleure qualité, plus simple, plus transparente et plus liquide

Factoring et Financement Import

Conseil et Financement du BFR
*